Caron_01

Avant-première : Gilles Caron – Histoire d’un regard (de Mariana Otero)

Avant-première en partenariat avec
la
Fondation Gilles Caron

GILLES CARON – HISTOIRE D’UN REGARD

de Mariana OTERO

vendredi 30 octobre à 18h45

suivie d’une discussion en présence de la réalisatrice

ACHETEZ VOS BILLETS EN LIGNE !

SORTIE EN SALLE LE 4 NOVEMBRE 2020

GILLES CARON – HISTOIRE D’UN REGARD

Un film de Mariana Otero
Avec Marjolaine Caron
Pays France 2019
Durée 1h33
Âge légal/suggéré 16/16
Genre Documentaire
Langue V.F.
Gilles Caron, alors qu’il est au sommet d’une carrière de photojournaliste fulgurante, disparaît au Cambodge en 1970. En l’espace de six ans, il a été l’un des témoins majeurs de son époque, couvrant pour les plus grands magazines la guerre des Six Jours, mai 68, le conflit nord-irlandais ou encore la guerre du Vietnam. Un voyage à travers les temps.

Gilles Caron, photojournaliste fulgurant, disparaît au Cambodge en 1970. Il a tout juste 30 ans. Figure incontournable de la photo-graphie, Caron est devenu un des grands témoins de son temps. Il commence son métier à l’agence Apis (Agence parisienne d’information sociale), puis dès 1967 il entre dans la toute nouvelle agence française Gamma, fondé par Raymond Depardon, Hubert Henrotte, Hugues Vassal and Léonard de Raemy. Homme d’action et esprit littéraire, Gilles Caron couvre des moments marquants: les guerres des Six Jours, du Biafra, du Vietnam, les émeutes en Irlande du Nord, ainsi que Mai 68 et les manifestations réprimées une année après le Printemps de Prague; autant d’événements qu’il traite au moyen de son objectif. Son travail représente une réelle source d’information historique.Lorsque la réalisatrice Mariana Otero découvre le travail de Gilles Caron, une photo-graphie attire son attention qui fait écho avec sa propre histoire, la disparition d’un être cher qui ne laisse derrière lui que des images à déchiffrer. Elle se plonge alors dans les 100’000 clichés du photoreporter pour lui redonner une présence et raconter l’histoire de son regard si singulier. Elle dit: «Déchiffrer des images pour révéler au travers d’elles la présence de celui ou de celle qui les avait faites, était une démarche que j’avais déjà explorée dans le film sur ma mère Histoire d’un secret (2003). Ce nouveau film Histoire d’un regard est né de ce même désir: faire revivre un artiste à partir des images qu’il laisse et exclusivement à partir d’elles.» Gilles Caron n’est pas seulement un observateur et sa photographie révèle son engagement en tant que reporter photo. Il s’interroge sur les aspects éthiques et déontologiques de son métier et sur le rôle qu’il joue dans le système de l’information, en expansion dans la société des années soixante.