senas_05

SANS SIGNE PARTICULIER (de Fernanda Valadez)

ACHETEZ VOS BILLETS EN LIGNE !

SANS SIGNE PARTICULIER

Un film de Fernanda Valadez
Avec Mercedes Hernández, David Illescas, Juan Jesús Varel
Pays Mexique 2020
Durée 1h37
Âge légal/suggéré 16/16
Genre Drame
Langue V.O. sous-titres français

Magdalena s’inquiète, sans nouvelle de son fils Jesús, parti pour la frontière avec son ami Rigo. Accompagnée de Chuya, la mère de ce dernier, elle va à la ville s’enquérir auprès des autorités. Parmi les photos qu’on leur montre, elles reconnaissent Rigo, mais Jesús n’y apparaît pas. Magdalena décide alors de poursuivre ses recherches à la frontière. Si son fils est aussi mort, elle veut en être sûre.

Lire des articles sur les massacres de villageois qui sont perpétrés au Mexique, c’est une chose. Mais c’est autre chose que d’en voir les dramatiques conséquences humaines, sociales et économiques. C’est ce que nous propose Fernanda Valadez dans un premier film d’une puissance évocatrice rare. Avec une assurance assumée, la jeune réalisatrice nous emmène loin des films de «narcos» et de violence policière ou militaire. En se limitant à la recherche de Jesús par Magdalena, paradoxalement, Valadez nous livre un véritable thriller. Filmant au plus près, gros plans, caméra à l’épaule, Valadez fait monter la tension au fur et à mesure que l’on pénètre plus avant à l’intérieur des terres, qu’on semble quitter le monde des vivants, pour entrer dans un film apocalyptique, où chacun, homme ou femme, est une menace pour l’autre. Où la violence se cache dans des paysages idylliques, où derrière une gueule d’ange peut se révéler un monstre.

Sans signe particulier est aussi un récit de rencontres qui offrent des respirations bienvenues, où la compassion et la solidarité éclaircissent la nuit d’un Mexique qui semble en pleine décomposition. Olivia, femme médecin venue identifier le corps de son fils disparu depuis 10 ans, aide Magdalena à déchiffrer des formulaires administratifs abscons. Et ces femmes, à la frontière – peut-être des mères elles aussi – qui font taire leur méfiance pour donner de maigres indications à Magdalena. Il y a enfin la rencontre avec Miguel, jeune Mexicain refoulé des Etats-Unis qui retourne auprès de sa mère. Ensemble, ils feront un bout de chemin, partageront leur douleur et leur maigre nourriture. Mercedes Hernández est émouvante en Magdalena dont le personnage illumine un récit sombre parfaitement maîtrisé.