calabria-photo2

CALABRIA (de P.F. Sauter) | suivi d’un débat avec le réalisateur et les protagonistes| le 13 décembre 2017 à 18h30

CALABRIA

UN ROAD MOVIE EN CORBILLARD

*LE NOUVEAU FILM DE PIERRE-FRANÇOIS SAUTER*

le 13 décembre 2017 à 18h30

EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR ET DES PROTAGONISTES JOSE RUSSO BAIAO ET JOVAN NIKOLIC

Visions du Réel Nyon 2016
Compétition Internationale: Special Mention

Festival del film Locarno 2016
Panorama Suisse

Doclisboa 2016
International Competition: City Of Lisbon Award For Best Competition Film

RIDM Rencontres internationales du documentaire de Montréal 2016
Compétition Internationale

Solothurner Filmtage 2017

Krakow Film Festival
Official Selection

Documentamadrid
Compétition Internationale

Beldocs 2017
Official Selection

ACHETEZ LES TICKETS EN LIGNE OU À LA CAISSE DU CINÉLUX

CALABRIA

Un film de Pierre-François Sauter
Acteurs  
Pays Suisse 2016
Durée 1h56
Âge légal/suggéré 16/16
Genre Documentaire
Langue V.F.

Calabria, titre du nouveau film de Pierre-François Sauter, désigne autant un espace géographique réel (une région du Sud de l’Italie) qu’imaginaire : un ‘heimat’ où seraient enfouis les rêves d’enfant et qui subsisterait, jusqu’au trépas, à l’état de trace ineffaçable dans la mémoire d’un travailleur immigré italien, mort en Suisse, dont les archives inaugurales content l’histoire ordinaire : celle de l’exil économique intra-européen. La dépouille de cet homme, dont nous venons d’imaginer la vie, José, d’origine portugaise et Jovan, un Rrom serbe, deux employés des pompes funèbres de Lausanne, sont chargés de la convoyer jusqu’en Calabre, là où son existence a commencé. Pour les deux compères, débute un road-movie drôlatique aux accents faulkneriens (Tandis que j’agonise), qui recourt à la technique du split screen pour transformer le corbillard en scène de théâtre. Et dans ce décor ambulant, les deux immigrés se découvrent petit à petit, plaisantent, éprouvent leurs différences, mais surtout ce qui les rapproche intimement du cadavre avec lequel ils voyagent : la commune condition de s’être, un jour, déracinés.