relatos-salvajes-cineyear1

Festival Caramelo y Límon – Relatos Salvajes|Mercredi 22 mars à 21h

FESTIVAL CARAMELO Y LÍMON AU CINÉLUX

projection du film

*RELATOS SALVAJES*

Mercredi 22 mars à 21h

*ENTRÉE LIBRE*

Créé en 2016 au sein même de l’Université de Genève, Caramelo y Limón est un festival entièrement consacré aux cinématographies (productions cinématographiques) et aux cultures hispaniques et latino-américaines. Son objectif principal est de réunir les étudiant-e-s, les membres d’associations, les professeur-e-s mais également un public plus large pour mettre en lumière la richesse du septième art espagnol et latino-américain.

Films d’auteurs, drames ou documentaires, les films sélectionnés combinent habilement quête esthétique et questions de société. On y retrouve des sujets et des problématiques contemporaines tels que les droits des peuples autochtones, les droits des minorités, les droits humains, la condition de la femme ou encore des questions liées à la prostitution, à l’homosexualité ou à l’environnement.

S’ajoute à tout ceci une volonté pédagogique du Festival. En effet, dans le cadre de ce projet, le public se voit offrir la possibilité de rencontrer des réalisateurs ayant fait spécialement le déplacement pour l’occasion et d’échanger avec eux. Une table ronde a ainsi lieu après la projection de certains films, mêlant intervenants et participant-e-s. Un moment à la fois convivial et instructif!

RELATOS SALVAJES

Un film de Damián Szifrón
Acteurs Ricardo Darín, Óscar Martínez
Pays Argentine 2014
Durée 2h
Âge légal/suggéré  
Genre Drame
Langue V.O. sous-titres français

L’inégalité, l’injustice et l’exigence auxquelles nous expose le monde où l’on vit provoque du stress et des dépressions chez beaucoup de gens. Certains craquent. Les nouveaux sauvages est un film sur eux. Vulnérables face à une réalité qui soudain change et devient imprévisible, les héros du film franchissent l’étroite frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amoureuse, le retour d’un passé refoulé, la violence enfermée dans un détail quotidien sont autant de prétextes qui les entraînent dans un vertige où ils perdent pieds et en éprouvent un indéniable plaisir.