40470598_544819675955472_7365514285780303872_o

Cinélux sur filmingo.ch

En attendant le retour de la lumière dans les salles obscures, le Cinélux vous propose de parcourir son passionnant catalogue de films sur Filmingo, pour des visionnements en streaming chez vous :

https://www.filmingo.ch/fr/lists/115-cinelux-genve

Location à la pièce ou sur abonnement !

Nous nous réjouissons d’avoir votre retour de commentaires !

Post Tenebras… Cinélux !

COUP DE CŒUR POUR :

YOU WILL DIE AT 20

Le Grand Prix du FIFF, Festival International de Films de Fribourg 2020

Premier film de fiction soudanais après 20 ans de censure du 7e art (20 ans, comme dans le titre…), c’est le récit d’une émancipation de la pensée conformiste dominante au Soudan. D’une grande force visuelle, peignant un espace-temps empreint de magie où règnent le sable, le ciel et les couleurs du Nil, You will die at 20 devait sortir chez nous le 1er avril 2020.

«Qu’auriez-vous fait ? Vous, oui vous! Si l’on vous annonçait à la naissance de votre enfant, que celui-ci, bien portant, sans signe de maladie, devait mourir le jour de ses vingt-ans? Les plans, simples et beaux, sont au service de l’histoire. Il n’y a rien qui nous distrait, tout est épuré comme la question qui est posée : comment vivre lorsque l’on sait que l’on va mourir? Nous sommes tour à tour Muzamil, sa mère, son père, les membres du village. Et comme eux, avec eux, l’angoisse monte au fur et à mesure qu’avance le film et les 20 ans de Muzamil…» (My Afro Week)

«Tu mourras à 20 ans est le récit d’une émancipation sociale et culturelle au Soudan. Un film rare, intense et d’un courage inouï, qui ose défier la pensée conformiste de toute une société.» (À voir à lire)

«Un film beau comme une élégie antique, doublé d’un hymne vibrant à la liberté d’être.» Les Fiches du Cinéma

 

YOU WILL DIE AT 20

Un film de Amjad Abu Alala
Avec Mahmoud Elsaraj, Bunna Khalid, Islam Mubarak
Pays Soudan 2019
Durée 1h45
Âge légal/suggéré /
Genre Drame
Langue V.O. sous-titres français
Soudan, province d’Aljazira, de nos jours. Peu après la naissance de Mozamil, le chef religieux du village prédit qu’il mourra à 20 ans. Le père de l’enfant ne peut pas supporter le poids cette malédiction et s’enfuit. Sakina élève alors seule son fils, le couvant de toutes ses attentions. Un jour, Mozamil a 19 ans.