Les Particules 03

LES PARTICULES (de Blaise Harrison) | jeudi 29 août 2019 à 20h30 | avant-première suivie d’une discussion avec le réalisateur et l’acteur principal

Présenté au dernier Festival de Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs et au NIFFF (Neuchâtel International Fantastic Film Festival)

Avant-première

LES PARTICULES

de Blaise Harrison

jeudi 29 août 2019 à 20h30

Suivie d’une discussion avec le réalisateur Blaise Harrison
et l’acteur principal Thomas Daloz

“Avec un talent très sûr pour un premier long métrage, Blaise Harrison revisite les angoisses de la jeunesse, mais aussi une part de son imaginaire – le romantisme, les récits d’épouvante, le psychédélisme – à l’aune de peurs et de questionnements contemporains : les capacités destructrices de la science et du progrès, la perspective d’une disparition de l’espèce humaine, d’une désintégration du vivant… ” (Libération)

“L’adolescence des Particules est concrète, rugueuse, dépourvue des joliesses habituelles. Elle est aussi furieuse qu’apathique, belle et boutonneuse.” (Le Monde)

“Le quotidien d’un groupe de lycéens est émaillé par des phénomènes étranges. Un beau et sombre teen movie, qui signe la naissance d’un cinéaste prometteur.” (Les Inrockuptibles)

ACHETEZ VOS BILLETS EN LIGNE !

en salle dès le 4 septembre 2019

LES PARTICULES

Un film de Blaise Harrison
Avec Thomas Daloz, Néa Lüders, Salvatore Ferro
Pays France, Suisse 2019
Durée 1h38
Âge légal/suggéré 16/16
Genre Drame/Fantastique
Langue V.F.

Pays de Gex, frontière franco-suisse. P.A. et sa bande vivent leur dernière année au lycée.
A 100 mètres sous leurs pieds, le LHC, l’accélérateur de particules le plus puissant du monde, provoque des collisions de protons pour recréer les conditions d’énergie du big bang, et détecter des particules inconnues à ce jour. Tandis que l’hiver s’installe et que P.A. voit le monde changer autour de lui, il commence à observer des phénomènes étranges, des modifications dans l’environnement, de façon imperceptible d’abord, puis c’est tout son monde qui semble basculer…

Blaise Harrison signe un premier long métrage plein de promesses, au plus près d’une jeunesse écorchée et pure, où la métamorphose et l’inquiétant prennent tout leur sens, bien au-delà de cette parenthèse juvénile. C’est le monde dans son entier et notre rapport aux frontières qui se retrouvent questionnés à travers une mise en scène originale et poétique.